Missions

Lutter contre les discriminations

Egalité filles-garçons

Depuis les années soixante du XXème siècle, les relations entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, se sont beaucoup modifiées, principalement en Occident et notamment en France. Néanmoins, des logiques d’infériorisation sociale des filles et des femmes persistent et continuent de se vérifier dans de nombreux domaines de la vie, que ce soit dans la sphère publique (ex : au travail, en politique), ou dans la sphère privée (partage et responsabilité des tâches ménagères, place dans la famille). L’évolution vérifiée est par ailleurs contradictoire dans certains aspects. Pourtant le discours médiatique a tendance à faire passer un message selon lequel l’égalité hommes-femmes est pratiquement atteinte, et il n’est pas inhabituel d’entendre que les filles et les garçons ne sont plus éduqués de façon spécifique, puisqu’ils partagent une même éducation. L’égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes, relève du respect des droits humains et est, en elle-même, une condition essentielle à l'égalité des chances, la justice sociale, au développement et à la paix... Autant de bonnes raisons pour intervenir, pour prévenir, pour éduquer à l’égalité.

Les Aroéven militent et éduquent pour l’égalité effective entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes.

A travers leurs actions, les Aroéven ont comme objectif de promouvoir :

  • une réflexion autour des stéréotypes de genre et des asymétries de genre ;
  • une prise de conscience et un positionnement éclairé sur les inégalités liées au genre;
  • une réflexion autour des différentes formes que peuvent assumer la masculinité et la féminité;
  • une analyse critique des représentations des femmes et des hommes dans les médias;
  • une réflexion sur l’hypersexualisation du corps de la femme;
  • une sensibilisation au fait que toutes les filières d’études sont ouvertes aux filles et aux garçons et que tous les métiers sont ouverts aux hommes et aux femmes;
  • une réflexion sur l’impact des stéréotypes sexistes dans l’image de soi et dans la vie de chacun;
  • le développement de conduites non-sexistes et non-discriminatoires.