Appel à contribution N°177 Ressources éducatives

Appel à contribution Ressources éducatives – La revue Foéven N°177

Quelles ressources éducatives pour promouvoir la santé ?

La Fédération des Aroéven (Foéven) regroupe les Associations régionales des œuvres éducatives et de vacances de l'éducation nationale présentes sur tout le territoire métropolitain. La Fédération des Aroéven est un mouvement d'éducation populaire reconnu d'utilité publique et complémentaire de l'école publique.

Les Aroéven interviennent dans les écoles et les établissements (formation à la citoyenneté et à la laïcité, médiation par les pairs, café des parents...), elles sont habilitées à former au BAFA et au BAFD, elles organisent des centres de vacances et de loisirs ainsi que des classes de découvertes. Elles inscrivent leurs actions dans et hors l'école. Par leurs temps de réflexion et de partage, notamment dans le cadre de la formation, elles contribuent à promouvoir l'éducation à la citoyenneté et le principe de laïcité.

Mouvement de recherche et d'action pédagogiques, la Fédération des Aroéven édite la revue Ressources éducatives qui paraît deux fois par an (juin et décembre). En outre, elle publie des livrets destinés aux enseignants et aux formateurs dans la collection Talents éducatifs. Chaque numéro est composé de textes qui éclairent le thème choisi, de différents points de vue (approches pédagogique, politique, sociologique, psychanalytique...) et de contributions qui rendent compte des pratiques de terrain. Il s'agit d'aider les acteurs à être des praticiens réflexifs et à penser leurs pratiques. Programmé pour juin 2019, le numéro 177 Quelles ressources éducatives pour promovoir la santé ? prend place après celui consacré à la jeunesse, Jeunes Jeunesses (n°171), à l’éducation à la citoyenneté, Citoyennetés (n°172) et à l’éducation au développement durable, Un monde durable ? Contraintes, enjeux et pratiques (n°173), Eduquer dans un monde de droits ? (n°174), Education formelle, non formelle, informelle (n°175).        

Si la notion de santé a pris un essor considérable dans le monde du travail à travers notamment la reconnaissance de la pénibilité ou encore la prise en compte des risques psychosociaux, elle s’est progressivement élargie aux autres domaines de la vie sociale. L’opinion publique dans son ensemble se montre inlassablement en alerte sur les conditions de santé et de vie, dénonçant les abus, réclamant réparation pour les dommages causés et une plus grande prévention des risques. Les politiques publiques tentent alors d’apporter des réponses adaptées aux problèmes posés mais s’efforcent dans le même temps de mener des actions sur le plus long terme, à la fois en termes d’amélioration de l’existant et de prévention des risques potentiels. On observe ainsi des politiques volontaristes dans le domaine de la santé, entendu au sens large, pour endiguer les préjudices environnementaux et agir en faveur du climat, pour solutionner différents problèmes sanitaires, liés en particulier à l’emploi de substances chimiques reconnues nocives ou encore pour lutter contre la précarité des personnes les plus démunies, à travers le plan grande pauvreté.

Le milieu scolaire et plus largement éducatif s’est également emparé de cette question sensible de la recherche d’une « bonne santé » pour chacun, mettant en particulier l’accent sur les conditions qui facilitent les apprentissages et qui favorisent le bien vivre ensemble. L’école se veut ainsi plus inclusive des différences en accueillant des élèves fragilisés par des conditions de vie mal adaptées à leurs besoins ou encore porteurs de handicaps. Dans cette perspective, la santé est devenue une préoccupation majeure et n’est plus considérée comme la prérogative des seuls personnels de santé. Progressivement, les questions inhérentes à la santé se sont transformées en problématiques scolaires, comme en atteste le parcours éducatif de santé pour tous les élèves (circulaire n° 2016-008 du 28-1-2016) ; inversement, les soucis du quotidien à l’école sont de plus en plus analysés sous l’angle d’une santé « globale » selon la définition de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui définit cette notion, en 1946, comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ». Les compétences psychosociales entendues comme « la capacité d'une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne (...) et à maintenir un état de bien-être subjectif  qui lui permet d'adopter un comportement approprié à l'occasion d'interactions avec les autres, sa culture et son environnement » (OMS 1993) sont considérées comme un déterminant fort de cette dimension « globale » de la santé.

Partant de ces trop rapides constats, le numéro de Ressources Educatives entend étudier la notion de santé en la déclinant selon la variété des contextes éducatifs rencontrés et selon les initiatives individuelles et collectives. Si l’institution scolaire affiche clairement la volonté de mettre en place des actions ciblées en faveur de la santé des élèves, on peut se demander quelles modalités d’organisation sont mises en œuvre pour que la priorité éducative se transforme en pratique effective. De même, quels rôles sont amenées à jouer les associations complémentaires de l’école dans le domaine de la santé et plus particulièrement de l’éducation à la santé ?

Il s’agit ici d’identifier des actions mises en place dans le cadre de projets éducatifs ou en fonction d’initiatives plus isolées. Quelles sont ces actions et quels effets peut-on observer sur les individus eux-mêmes et sur leur environnement ? Quels sont les obstacles rencontrés et quels sont les leviers à activer pour que la santé devienne ou redevienne une préoccupation partagée ?

Les contributions issues de la recherche ou de l’ingénierie de formation ne devront pas dépasser 30000 signes (espaces compris). Celles concernant les pratiques issues des terrains se situent entre 10000 et 15000 signes (espaces compris). Pour ces dernières, la présentation de documents iconographiques (photos, reproductions de réalisations…) en rapport avec l’action présentée serait souhaitable. La date de réception des contributions est fixée au 16 avril 2019. La parution de la publication est prévue pour juin 2019.

 

Le comité de rédaction

Contact :

Clémence Chevalier :           

Tel : 01.45.88.08.84

Courriel : c.chevalier@aroeven.fr

Chargée des éditions et de communication